SNCF MIXITÉ est un site de SNCF

Femme dans un « milieu d’hommes »

L’ambassade SNCF au Féminin de Champagne-Ardenne est engagée depuis plusieurs années au sein du collectif « Visions Pluri’Elles » qui rassemble des acteurs et actrices de la mixité de la région, issus de diverses organisations et de différents horizons (CCI, Club de la presse, Enedis, Legrand, Banque populaire, Arkéis…).

Publié le 17/04/2018 à 11:29

Cette initiative partenariale se concrétise notamment par l’organisation d’une grande conférence annuelle ayant pour fil rouge la place des femmes dans les métiers et secteurs dits « masculins ».

Après le digital ou la gastronomie, c’est à l’armée que s’est intéressé cette année le collectif, en proposant une rencontre avec Marion Buchet, pilote de chasse (ayant notamment été engagée au Tchad) et formatrice en préparation mentale pour les pilotes de combat.

Marion Buchet a d’emblée soulevé l’épineuse question du sexisme dans l’armée… Sexisme vivace dans les écoles militaires mais nettement moins sensible chez les « opérationnels » (entendre les soldats en mission sur les théâtres de guerre). Cela, elle l’attribue au système de grades (le sien : c’est capitaine !) qui impose une certaine discipline dans les relations de travail et aux protocoles et procédures de sécurité qui cadrent rigoureusement l’action de chacun·e, ne laissant guère de place au hasard ni aux paroles et agissements inutiles.

La gravité à laquelle l’expose son métier est par ailleurs une invitation à « relativiser les tracas quotidiens » pour Marion Buchet qui veut pouvoir « profiter de chaque instant » de sa vie civile. Mère de famille, elle recherche avant tout la « normalité » dans sa vie personnelle, et trouve plutôt sain d’avoir comme tout le monde des préoccupations aussi ordinaires que s’assurer d’être à la sortie de l’école ou de penser à acheter le pain ! Pragmatique et redoutablement organisée, elle a prévu des « plans B » pour les situations où ses devoirs professionnels imposent des contraintes impérieuses. Par exemple, elle a distribué des doubles de clés (du domicile, de la voiture) à son entourage : c’est en acceptant de partager les responsabilités que l’on se libère des contraintes et culpabilités !

Son témoignage, son expérience et sa personnalité ont conquis l’assemblée de 130 personnes au rendez-vous de cette rencontre