SNCF MIXITÉ est un site de SNCF

L’argent ne serait pas encore une affaire de femmes

Le réseau European Professional Women’s Network (EPWN) publie une étude sur le rapport de ses membres avec l’argent. Sur un pied d’égalité à la maison, les cadres interrogées disent subir l’inégalité homme/femme au travail, notamment face à l’augmentation de salaire.

Publié le 13/11/2013 à 11:31

Les femmes et la négociation salariale : La méritocratie a ses limites
EPWN a enquêté auprès des femmes membres de son réseau sur leur perception de l’argent et de leur rémunération. L’enquête a révélé qu’alors que les femmes cadres semblent avoir conquis l’égalité à la maison, au travail, des inégalités persistent.
75% des femmes cadres interrogées sont insatisfaites de leur rémunération, pourtant, elles sont 66% à ne pas demander habituellement d’augmentation de salaire. Elles préfèrent (à 44% en moyenne pour l’Europe) que leur manager reconnaisse de lui-même leurs efforts. Ce nombre grimpe même à 51 % en France.
EPWN a appelé ce phénomène le complexe de la bonne élève.

Les films mettant en valeur les femmes labellisés
En Suède, 4 cinémas ont décidé de mettre en avant les films ayant été approuvé par le test Bechdel. Le Test Bechdel, créé en 1985, est un test reconnaissant les films dont au moins deux des personnages principaux sont des femmes, et dont les discussions tournent autour d’autres sujets que des hommes.
Le but de ce test n’est pas tant d’épingler certains films en les taxant de sexisme (de la même façon, un film peut réussir le test et ne pas être particulièrement féministe), que de signaler la rareté des films donnant la parole aux femmes, en tant que personnages principaux et moteurs de l’intrigue. Le fait qu’elles puissent parler d’autres choses que des hommes du film prouve qu’elles ne sont pas que des personnages périphériques à l’intrigue.

Au Kenya, le gouvernement se veut exemplaire
Depuis l’élection du président kenyan Uhuru Kenyatta, le gouvernement connaît une véritable révolution. Contrairement à ces prédécesseurs, le président s’est entouré de femmes ministres et de conseillères et pas seulement sur les sujets usuellement attribués aux femmes (genre, santé, jeunesse, etc.). Sa mère et sa femme sont les premières à avoir son oreille.
Il est également entouré de Nancy Gitau. Sa longue expérience politique et son grand sens de la stratégie font d’elle l’une des personnes les plus influentes auprès du président.
Le président a su s’entourer de bien d’autres femmes influentes à l’expérience nationale et internationale reconnue. Le Kenya envoie un signal fort dans un continent qui semble s’ouvrir aux talents féminins.