SNCF MIXITÉ est un site de SNCF

Soirée théâtre à Lille : pour comprendre le plafond de verre par l’humour

C’est dans une salle comble de 200 personnes que Michel Lalande, préfet des Hauts-de-France, a inauguré cette soirée avec un remarquable discours, l’occasion de rappeler que la région,qui présente le plus faible taux d’emploi féminin (54,8%), a encore du chemin à parcourir pour accélérer les progrès de l’égalité en France.

Publié le 15/10/2018 à 14:41

Monsieur le préfet a également souligné l’importance de la mobilisation des réseaux féminins en sus de l’action de l’État pour briser les plafonds de verre dont de nombreuses femmes sont encore victimes.

Le plafond de verre, tel est justement un des principaux sujets de la pièce « Je suis top ! » de Blandine Métayer. Elle raconte l’ascension professionnelle de Catherine, une femme top… Manager, qui subit de plein fouet le sexisme sous toutes ses formes. Son spectacle, basé sur des témoignages réels, prend ainsi le parti de l’humour pour dresser un tableau exhaustif des situations rencontrées quotidiennement par les femmes dans le monde professionnel, allant de la charge mentale à la question de la maternité en passant par le stéréotype délégitimant de la promotion canapé. Les expériences de Catherine, qui entraient parfois en résonnance avec les nôtres, nous ont fait beaucoup rire, souvent jaune.

Cette pièce rassembleuse a donné matière à débat, en présence de Nicole Gadrey, sociologue et présidente du Collectif régional pour l’information et la formation des femmes (CORIF) et Martine Pernod, économiste rattachée au CORIF. Que peuvent faire les réseaux d’entreprise face à ces situations inacceptables vécues par les femmes ? Isabelle Duffossé, cofondatrice et présidente des Elles des Hauts-de-France de la Caisse d’Épargne, nous a expliqué la démarche mixité initiée par son réseau, ayant donné lieu à un plan d’action destiné à favoriser l’accès des femmes aux postes à responsabilité. Agnès Angelini, ambassadrice SNCF au Féminin pour la région a ensuite présenté notre réseau en évoquant les nombreux ateliers de développement personnel proposés pour permettre aux femmes de prendre place dans l’entreprise.

Des associations ont également évoqué leurs actions, comme le réseau Femmes Ingénieurs représenté par Isabelle Hennebique, qui intervient notamment en milieu scolaire pour inciter les jeunes femmes à choisir des carrières scientifiques et contrecarrer les stéréotypes.