SNCF MIXITÉ est un site de SNCF

Vous faites le réseau – AccElle’R

Marianne MINARD est à la fois Directrice de la communication pour SNCF Midi-Pyrénées et ambassadrice SNCF au Féminin. Sensible aux valeurs et aux actions du réseau, elle a souhaité mettre…

Publié le 10/11/2016 à 14:55

Marianne MINARD est à la fois Directrice de la communication pour SNCF Midi-Pyrénées et ambassadrice SNCF au Féminin. Sensible aux valeurs et aux actions du réseau, elle a souhaité mettre en place une action forte pour les femmes de sa région : le mentoring interentreprises. En quoi cela consiste-t-il ? Pourquoi avoir souhaité donné une nouvelle dimension au mentoring ? Elle nous explique.Quel est votre rôle au sein de SNCF au Féminin ?
J’ai été impliquée dans des réseaux toulousains de femmes depuis plusieurs années et quand on m’a parlé de m’investir dans SNCF au Féminin, j’ai tout de suite été intéressée.  L’ambassade Midi-Pyrénées est assez jeune : elle a été créé en 2015 seulement. Elle vise à répondre à un besoin d’animation de SNCF au Féminin en local (ateliers, conférences, soirée débat…) car nous sommes très éloignées de Paris.

 En quelques mots, qu’est-ce que le mentoring interentreprises ? Pourquoi avez-vous souhaité le mettre en place ?
Pour les femmes en région, il est difficile de participer à des programmes de mentoring nationaux – pour des questions d’éloignement. Participer à un programme de mentoring, implique de s’engager à se rencontrer une fois par mois et donc faire entre 4h et 11h de trajet pour 1h30 à 2h d’entretien…. Le tout au milieu d’un agenda complexe ! De quoi décourager beaucoup de femmes, même les plus motivées. Nous pourrions organiser ces programmes en local mais nous nous heurterions vite à la pénurie de  mentors.
En optant pour un programme interentreprises, nous ouvrons tout d’un coup le champ des possibles : la contrainte de déplacement est effacée, le vivier de mentors n’est plus contraint et le spectre des échanges est élargi.

 Pourquoi avoir choisi d’élaborer une telle action en partenariat avec d’autres réseaux de femmes ?
Lors du lancement de l’Ambassade SNCF au Féminin de Midi-Pyrénées, j’ai fait appel aux autres réseaux féminins présents sur Toulouse pour témoigner de leurs expériences et donner à voir ce que pouvait faire un réseau de ce type. Depuis, nous nous retrouvons entre représentantes des réseaux féminins et, à l’initiative d’HEC au féminin, nous déjeunons ensemble tous les mois. Ces moments privilégiés nous ont permis, en seulement trois mois, de définir et mettre en œuvre ce programme de mentoring croisé. C’est assez incroyable, quand on y pense ! C’est vraiment la preuve qu’ensemble, même avec peu de moyens, nous pouvons faire bouger les lignes.
Comme vous le pouvez le découvrirdans cette vidéo, nous avons appelé le programme AccElles’R et c’est un nom qui traduit bien à la fois la méthode et l’objectif.

 Pour cette vague innovante de mentoring, les binômes sortent de l’ordinaire. Pouvez-vous nous en dire plus ? Qu’est-ce que cela implique ?
AccElles’R regroupe :
–          7 réseaux féminins d’entreprise – et pas des moindres (Airbus, Airbus Defense & Space, KPMG, le Groupe EDF, Sodexo, les hôtels ACCOR et SNCF)
–          2 associations (HEC au féminin et la Fondation Agir Contre l’Exclusion Grand Toulouse).
Nous avons réussi à former pour ce pilote 12 binômes. Trois mentors et trois mentees SNCF participent au programme, venus autant de SNCF Réseau que SNCF Mobilités.
L’un des binômes sort de l’ordinaire car l’une des entreprises souhaitait tester du « Top Cross mentoring », c’est-à-dire du mentoring croisé de niveau senior management/Vice Président. Dans ce cas, la mentee a déjà atteint un niveau hiérarchique important, et nous lui avons trouvé à SNCF un mentor répondant à son besoin et intéressé par le défi.
Un autre binôme a opté pour du « Reverse cross mentoring », du mentoring croisé inversé, c’est-à-dire que le mentor et la mentee ont dès le départ décidé qu’ils s’apporteraient mutuellement quelque chose.
Nous avons réussi à former ces deux binômes un peu particuliers et nous serons attentifs à leurs bilans.

 Le mentoring, sous toutes ses formes, est un cheval de bataille de SNCF au Féminin. Qu’est-ce que cela représente, selon vous ?
Le mentoring est une opportunité unique de discussion et de prise de recul. On peut tout aborder. Avec le mentoring interentreprises, c’est encore plus vrai.
Votre mentor ne connaît pas votre entreprise, votre chef ou votre RH. La parole est libérée. Dans ce contexte, il faut absolument être soi-même et faire preuve de beaucoup d’écoute.  Je conseille aux mentees de toujours venir avec une problématique, une question qu’elles se posent. Le mentoring doit aider les femmes à éclaircir un point, à franchir un cap. Chez SNCF au Féminin, nous nous attachons à le rendre possible pour celles qui ne font pas partie de certains programmes RH qui proposent le mentoring mais qui souhaiteraient en bénéficier.

 Quel impact peut avoir ce mentoring interentreprises, aussi bien sur le réseau que sur le Groupe ?
Ce programme de mentoring croisé présente deux intérêts : tout d’abord, si son bilan est positif, il peut être dupliqué dans d’autres régions et ainsi permettre à plus de femmes de bénéficier de ce coup de pouce.
Ensuite, il nous permet d’ouvrir nos esprits et d’éviter de rester centrées sur une perspective SNCF uniquement. Beaucoup pensent que les autres entreprises ne peuvent pas comprendre la culture SNCF et ce que vivent les femmes. C’est complètement faux. Sur la base des dossiers de candidature que nous avons reçus, je peux vous affirmer que nous avons toutes exactement les mêmes préoccupations : équilibre vie pro-vie perso, développement du leadership, réflexion sur la carrière, passage au management, etc… Se rendre compte que la lecture de la situation n’est pas uniquement SNCF est déjà un gain non négligeable dans le travail réalisé.
Enfin, toutes les femmes qui participent à ce programme deviennent en quelque sorte des ambassadrices de SNCF. Elles contribuent à l’image de l’entreprise dans leur territoire et le monde socioéconomique qui les entoure et sont valorisées par ce rôle qui leur est donné.